vendredi 24 juin 2016

Les gens heureux lisent et boivent du café, A.Martin-Lugand (2013)


    "Diane a brusquement perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l'exception de son coeur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Egarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l'existence. Afin d'échapper à son entourage, elle décide de s'exiler en Irlande, seule.
     Mais à fuir avec acharnement la vie, elle finit par vous rattraper..."



     Voici un livre qui n'est plus à présenter. Ça fait maintenant pas mal de temps que je le vois en librairie, et il fut un temps (peut-être un an ?) où il était chroniqué par (presque) tous les blogs de lecture. A vrai dire, si le titre me plaisait bien, l'histoire ne m'avait jamais tentée. Faut dire aussi que je me méfie pas mal des  romans dont j'entends trop souvent parler. Souvent je ne les lis pas, ou alors très longtemps après leur publication. Là, c'est autre chose. 
  
     En cette période sombre de ma vie, j'avais besoin d'une histoire qui redonne espoir. Le titre est en cela prometteur, et l'histoire, si elle n'a rien d'exceptionnel, fait du bien au moral. Lire l'histoire tragique d'un personnage et voir comment il réussit à remonter la pente permet de "relativiser" ce qu'il nous arrive ou du moins, de voir qu'on peut s'en sortir. C'est ce dont j'avais besoin en ce moment.  

    Certes, l'écriture ne m'a pas transportée. Parfois même, certaines expressions, trop familières à mon goût, m'ont dérangée. On est loin de l'écriture poétique. On est dans le réel, le quotidien avec des expressions comme "pétasse", "j'en ai ras le cul", et bien d'autres encore. Je ne suis pas fan de ce genre d'écriture quand c'est juste pour faire plus réel. Pour moi, l'écriture, la littérature, doit m'emporter hors de mon quotidien, ou alors il doit y avoir une recherche stylistique derrière, ce qui n'est pas le cas ici (ou alors je suis passée à côté). Si je veux ce genre de vocabulaire, j'allume la télé et regarde n'importe quel programme de TF1 ou M6 (pour ne citer qu'eux), ou je discute avec mes amis. Mais la lecture, c'est autre chose. 

     Cela dit, cela ne m'empêchera pas d'aller lire la suite qui a elle aussi un titre prometteur pour remonter le moral : La vie est facile, ne t'inquiète pas. En ce moment, je ne  recherche pas la "Grande" littérature, mais simplement une histoire qui redonne goût à la vie. C'est tout ce que je demandais à ce roman. Mission réussie.

Citation :

"Nous comptons bien qu'il sera surmonté après un certain laps de temps, et nous considérons qu'il sera inopportun et même nuisible de le perturber." (S.Freud, à propos du deuil, "Deuil et Mélancolie" in Métapsychologie) 


Les gens heureux lisent et boivent du café, Agnès Martin-Lugand
ed. Pocket, 177p. (2013)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire