mercredi 12 novembre 2014

Dora Bruder, Patrick Modiano (1997)

     Dora Bruder ou comment parler d'un livre que je n'ai pas du tout aimé ? Pourtant, je n'y ai pas mis de mauvaise volonté. Je me suis accrochée, et j'ai tenu bon... jusqu'au bout ! Heureusement qu'il n'y avait qu'une petite centaine de pages, cela dit. Sinon, pas sûre que je l'aurais fini.
     C'est pourtant un livre dont un prof m'avait vanté les mérites pendant mes études, il y a de cela presque dix ans maintenant. Je l'avais acheté en conséquence. On m'avait même dit qu'il était étudié, très souvent, en classe de 3eme (les pauvres élèves ! comment leur faire aimer la lecture !).
      L'histoire a pourtant tout pour plaire. Patrick Modiano raconte comment en décembre 1988 il est tombé sur un avis de recherche datant de 1941.

"PARIS
On recherche une jeune fille, Dora Bruder, 15 ans, 1m55, visage ovale, yeux gris-marron, manteau sport gris, pull-obver bordeaux, jupe et chapeau bleu marine, chaussures sport marron. Adresser toutes indications à M. et Mme Bruder, 41 boulevard Ornano, Paris."

     Oui mais voilà. Même si tout cela a l'air intéressant dès les premières pages, en réalité ça n'avance pas. Ce n'est d'ailleurs pas un roman, ni même une autobiographie. Modiano raconte comment, à partir de cet avis de recherche, il a mené l'enquête pour en savoir davantage sur cette jeune fille juive rebelle. Il déambule dans les rues de Paris. Le livre regorge d'adresses parisiennes, de noms de rues, de quartiers. Il compare le Paris des années 40, celui qu'a connu Dora, mais aussi Modiano père,  à celui qu'il a connu, lui, durant son enfance et sa jeunesse, le Paris des années 60 et celui des années 90, contemporain du moment de l'écriture. C'est sûrement très intéressant pour les parisiens, mais franchement, quand on a aucune idée de ce à quoi ressemblent ces quartiers parisiens, ben on s'ennuie. C'est long. Très long. Parce que les indications de lieux il y en a plusieurs par page ! On a d'ailleurs l'impression que le livre lui-même n'est autre qu'un itinéraire.

    Bref. Modiano ayant reçu le prix Nobel de la littérature le mois dernier, je me suis dit que c'était l'occasion de déterrer ce livre de ma bibliothèque et de le lire enfin. Grosse déception pour ce qui constitue la découverte d'un auteur.  Mais peut-être est-ce moi qui suis passée totalement à côté du livre. Je poursuivrais sûrement un jour avec une autre de ses oeuvres. Mais pas pour le moment. Je vais d'abord digérer celle-ci.

(Image prise sur le site Livraddict.)

Dora Bruder, Patrick Modiano (1997)
Edition Folio (137 pages).

lundi 10 novembre 2014

Un article perdu parmi les brouillons !! Article datant du 9 juillet !

     Lorsque j'ai appris le décès de Gabriel Garcia Marquez, je me suis souvenue que, depuis de très nombreuses années, se trouvait, quelque part dans ma bibliothèque, ce petit roman. La mort d'un auteur est quelque fois l'occasion de le découvrir.
     Une histoire de vengeance annoncée dès la première ligne du roman et qui se termine, bien évidemment, par la mort du personnage dans les dernières lignes.
     Un homme découvre, lors de sa nuit de noces, que sa femme n'est pas vierge. Il la renvoie chez ses parents. Les frères de la malheureuse décident alors de la venger en tuant l'auteur de ce déshonneur. Tout le monde est au courant dans le village, sauf, bien-sûr, le principal concerné.
   J'ai moyennement été emballée par cette histoire, mais ça ne m'empêchera pas de continuer à découvrir cet auteur.  Cent ans de solitude ou encore L'Amour au temps du choléra continuent à me faire de l'oeil.



     Lecture jeunesse, pour changer un peu. Même si j'en avais entendu beaucoup de bien, et que c'est un livre qui plaît aux élèves, j'avoue qu'il m'a un peu laissée de marbre. Même si la technique de narration fait que l'on a envie d'aller toujours plus avant dans le roman, on referme le livre en se disant :"ouais, sans surprise."
     Début des années 2000, Sacha découvre les réseaux sociaux. Il cherche à communiquer avec des filles dont le prénom est à consonance russe. Après plusieurs messages sans réponse adressés à divers destinataires, Macha accepte de discuter avec lui. Une amitié, d'abord virtuelle puis réelle, va se nouer. Sacha est à la recherche de ses origines. Il vit seul avec son père à Paris. Il n'a jamais connu sa mère, restée en Russie.






    
     Un petit récit sur fond de Première guerre mondiale très intéressant à lire. Le lien entre les années de la Grande guerre et la fin des années 90 place ce récit aux confins du fantastique. Des personnages de la fin du XXe siècle mènent une vie étrangement similaire aux personnages ayant vécu pendant la première guerre.
     Un récit qui m' a donné envie de découvrir un peu plus cet auteur.









samedi 8 novembre 2014

De retour de la médiathèque...

   Alors voilà. A force de fréquenter Livraddict, de fréquenter de nombreux blogs, l'envie de lire a été décuplé. Mais comme le budget, lui, ne décuple pas, la solution de la médiathèque s'est imposée. Cela faisait plus d'un an que mon abonnement était terminé. C'est dire. Qu'à cela ne tienne. En cinq minutes, abonnement renouvelé, et à moi le plaisir de déambuler à travers les rayonnages à la découverte de nombreux romans ! Voici mon butin :



    Trois romans de littérature jeunesse (ben oui, je viens de reprendre le chemin du travail, et je dois parfaire ma culture en la matière), deux romans ayant pour thème la Première guerre mondiale et le premier tome des enquêtes de Nicolas Le Floch.

  • Mon nez, mon chat, l'amour et... moi, de Louise Rennison : ça fait quelque temps déjà que je le vois sur internet. Le titre me plaît, c'est une des raisons qui me pousse à le lire. C'est le 1er tome de la série : "Le journal intime de Georgia Nicolson". C'est l'histoire d'une ado de 14 ans qui a du mal à vivre son adolescence, et qui complexe sur son nez.
  • Terrienne, de J-C Mourlevat : je connais bien Mourlevat pour avoir déjà lu quelques uns de ces romans jeunesse. C'est un auteur que j'aime bien. Comme j'ai vu s'afficher plusieurs chroniques au sujet de ce roman sur Livraddict qui m'ont donné envie, j'aimerais me faire ma propre opinion. Ce qui sera chose faite d'ici quelques jours (ou semaines !).
  • La Quête d'Ewilan, 1er tome "D'un monde à l'autre", du regretté Pierre Bottéro : c'est une fois de plus un auteur jeunesse que j'aime beaucoup. J'ai lu pas mal de ses romans, mais jamais la série Ewilan. Pourtant, ça fait plusieurs années que j'en entends parler au boulot,mais ça ne m'avait jamais fait envie. Puis, est arrivé Livraddict dans ma vie et la chronique de unchocolatdansmonroman ainsi que sa discussion "passionnée" avec Tigrouloup sur le forum m'ont finalement décidée.

  • Un long dimanche de fiançailles, de S.Japrisot : j'ai vu le film il y a 10 ans. J'avais beaucoup aimé et m'étais dit que je lirai le roman. Le film repasse au cinéma de ma ville dans deux semaines. C'est ce qui m'a décidée.
  • A l'ouest rien de nouveau, de E-M Remarque : là encore, un classique concernant le thème de la 1ère Guerre mondiale. Je l'avais déjà emprunté il y deux ans, mais finalement pas lu. Tout comme pour le précédent, le cinéma de ma ville le met à l'honneur dans deux semaines et je me suis dit que le lire avant ne serait pas une mauvaise idée.
  • L'énigme des Blancs-Manteaux, de J-F Parot : un roman policier ayant pour cadre le XVIIIe siècle. Il s'agit du premier tome des enquêtes de Nicolas Le Floch. Série que j'ai découverte via les téléfilms de France 2. Je voudrais voir ce que ça donne en roman.
    Maintenant, reste à voir lequel je vais lire en premier. Puis, je n'oublie pas Cosette qui m'attend bien sagement depuis plus de quinze jours !

dimanche 2 novembre 2014

Bilan livresque d'octobre

     Novembre a pointé le bout de son nez. Si hier encore on pouvait douter de la date affichée sur le calendrier et se croire en août, la météo d'aujourd'hui nous montre bien que la Toussaint est arrivée. C'est donc l'heure du bilan concernant les lectures d'octobre. Le nombre de pages lues est un peu plus élevé qu'à l'ordinaire. Le fait d'avoir été en arrêt y est pour beaucoup. J'espère que la reprise du travail (demain !) ne changera pas la donne, que je réussirai à maintenir ce rythme.





Le mois d'octobre a commencé par une lecture légère. Mais trop légère à mon goût. Cela faisait déjà quelque temps que je souhaitais lire ce livre. Cela se compte d'ailleurs en nombre d'années. Peut-être ai-je attendu trop longtemps pour apprécier cette lecture. En tout cas, je ne pense pas lire la suite de cette série. Ou du moins, je n'y mettrai pas 7 €. Une lecture déception donc.






Une belle découverte. Là encore, il y a déjà plusieurs mois que cette histoire me faisait de l'oeil. J'en avais entendu beaucoup de bien sur différents blogs. Il aura suffi d'un article dans un vieux magasine Lire de 2012 pour franchir le pas et courir l'acheter. Une enquête sur l'identité d'une personne que j'ai eu beaucoup de plaisir à suivre. Je poursuivrai ma découverte de cet auteur avec la lecture de ses autres romans sous peu.







L'envie de lire ce monument de la littérature se faisait sentir depuis quelques mois. Cela dit, cette lecture en elle-même me faisait peur. J'ai donc décidé d'y aller par étapes. Le premier livre, Fantine, était en réalité une relecture. J'ai éprouvé le même plaisir de lecture qu'il y a quatre ans. J'attaquerais d'ici quelques jours, je pense, la lecture du deuxième livre, Cosette.






Une lecture brève de cinquante pages effectuée en une petite heure. Cela dit, c'est une lecture qui ne me laissera pas un souvenir impérissable. La preuve, je pense avoir déjà lu cette nouvelle, mais je ne m'en souvenais pas. C'est l'histoire d'une famille qui met au monde un bébé : Benjamin. Mais ce bébé naît vieux et rajeunit au fil des ans. Le point de vue adopté est toujours celui des hommes : le père, Benjamin, puis le fils de Benjamin. Les femmes n'ont pas voix au chapitre et cela manque un peu. Bref, lecture sympa mais pas vitale.



Lecture commencée fin octobre. Modiano ayant reçu le prix Nobel de littérature, je me suis dit qu'il était temps de découvrir cet auteur. J'avais dans ma bibliothèque, depuis huit ou neuf ans, ce court récit et je me suis enfin lancée. Mais sans réel plaisir. Il n'y a pas d'action. C'est une longue déambulation dans les rues de Paris pour le moment et franchement l'écriture me fatigue. J'essaierai de finir ce soir. Je pourrai ensuite confirmer ou infirmer cette impression d'ennui.



Court roman commencé il y a une dizaine de jours et pas continué. Il m'a été conseillé et prêté par une amie. Mais j'avoue que je le lis un peu par "obligation" plus que par plaisir. Je n'arrive pas à y trouver l'enthousiasme que j'avais pour Hugo ou pour Bussi. Là encore, j'attends de finir pour donner un avis.






Voilà pour le bilan. Soit un total d'environ 1430 pages. Place à Novembre maintenant ! Pour info, les images sont toutes issues du site Livraddict. Un super forum découvert il y a peu et qui booste l'envie de lire !